A la cantine de l’École Estienne

Visite guidée à l’École Estienne, seule école d’adultes dont la restauration est gérée par la Caisse des écoles dans le 13e.

 

Située à deux pas de la Place d’Italie, la célèbre Ecole Estienne, créée en 1889, forme des professionnels d’excellence, qu’ils soient graphistes, imprimeurs ou designers. Recrutés après le bac, les étudiants suivent des formations rares, voire uniques en France, comme un BTS édition, un DMA (diplôme des métiers d’art) option reliure, gravure, illustration, typographisme ou cinéma d’animation… La sélection – sur dossier scolaire, et avec une lettre de motivation – est bien sûr sévère et 3 000 candidats postulent pour… 60 places. Des étudiants qui ont à disposition les technologies les plus performantes, depuis l’introduction de la linotype en 1905 jusqu’à la presse numérique en 2005 et le CTP numérique (système Computer-to-plate pour impression numérique) aujourd’hui.

Gustave Eiffel et riz au lait

Comme il n’y a pas que le travail dans la vie, à midi, les étudiants vont déjeuner à la cantine, un réfectoire vintage avec des bancs et des tables en marbre signés Gustave Eiffel qui donne sur une sublime cour arborée. La restauration est assurée par la Caisse des Ecoles du 13e, Estienne étant la seule école d’adultes gérée par la Caisse des écoles dans le 13e. La cuisine est le royaume de Monsieur Rouaba, chef débonnaire, à la bonne humeur communicative, qui cuisine sur site et sert chaque jour avec son équipe pas moins de 400 couverts. « Nous avons deux services à partir de 12h, assure M. Rouaba. Je fais entrer les étudiants au fur et à mesure et je leur demande – si besoin est – de compléter les tables pour que les dix places de la table soient occupées. Ce n’est pas un self et les jeunes sont servis à table par le personnel. Aujourd’hui, nous avons au menu salade de haricots verts en entrée, émincée de dinde aux champignons, avec carottes vapeur en accompagnement, riz au lait en dessert et emmental. Ces menus sont élaborés par la Caisse des écoles et ce sont les mêmes dans toutes les cantines du 13e. Mais ici, nous servons des adultes de 20-23 ans. Donc, nous ne leur servons pas le même grammage. Comme dans les autres restaurants scolaires, ils n’ont pas droit aux frites et donc ils râlent parfois et je rajoute de temps en temps des féculents. Ils restent néanmoins des gamins, et ils adorent le riz au lait. »

École Estienne
18 boulevard Auguste Blanqui
01 55 43 47 47

 

TEMOIGNAGES

 

 Jean-Rémy, 20 ans, deuxième année de BTS communication et industrie graphique

C’est vraiment bon, et le fait que l’on puisse manger ensemble et pas forcément avec des copains est vraiment très sympa. Cela permet de rencontrer des gens nouveaux, de discuter. Le service est nickel, même s’il n’y a pas toujours ce que l’on aimerait manger. C’est vraiment au-dessus de la plupart des cantines. De plus, le réfectoire est parfois utilisé pour des expos.

Maxime, 20 ans, deuxième année de BTS communication et industrie graphique

Il y a un très bon rapport qualité/prix. Cela dépend bien sûr du revenu des parents, mais moi, cela me revient à 2, 30 euros et j’en ai largement pour mon argent avec un repas équilibré. Le personnel est accueillant, le chef est une vraie personnalité, il est extraordinaire. L’année dernière, on lui a fêté son anniversaire. On ne vient jamais à la cantine à reculons. De plus, l’environnement est très beau, avec la vue sur le jardin ; il fait juste un peu froid l’hiver.

Thibault, 20 ans, deuxième année de BTS communication et industrie graphique

Parfois, la viande en sauce est peu appétissante, je n’aime pas trop leurs bourguignons. Nous mangeons la même nourriture que les petits, nous n’avons jamais de frites et nous mangeons des pâtes une fois par semaine. Mais on n’a pas à se plaindre, c’est quand même de la qualité. En moyenne, on reste une demi-heure à la cantine.

Bleuenn, 19 ans, en communication visuelle graphisme

C’est assez rapide, pratique, le service est super efficace. On a tous les jours un repas chaud, même si le menu est imposé, je trouve que c’est une bonne chose. Dans un resto universitaire, tu as le choix, mais tu prends toujours la même chose…

Samantha 20 ans, en communication visuelle graphisme

C’est varié, c’est bon, je n’ai aucune remarque négative. Certains critiquent la viande en sauce, mais c’est de la bonne sauce ! Le chef est super, il nous amène du rab. Grâce à la cantine, on mange au moins une fois dans la journée un repas équilibré, avec une viande et des légumes. Et les portions sont très généreuses. J’aime bien le fait que nous soyons placés à des tables, comme des enfants. On est servis, on est chouchoutés et on se retrouve entre copains. Et parfois, on rencontre des gens, c’est cool.

Steren, 20 ans, en communication visuelle graphisme

C’est très bien, tu as entrée, plat, dessert : un vrai repas complet. Et c’est parfait car quand on rentre à la maison le soir, on n’a pas obligatoirement envie de cuisiner…

Maxence, 20 ans, en communication visuelle graphisme

L’ambiance est bonne, on met les pieds sous la table, on est servis, on mange en 30 minutes et on peut ensuite s’allonger sur la pelouse. Nous sommes vraiment gâtés. J’adorerais que la cantine soit ouverte le soir, surtout quand j’oublie de faire mes courses et que je me retrouve avec juste des choses avariées à la maison ! Il faut que j’ajoute que le taboulé est excellent : un des meilleurs que j’aie mangé !

Manon, 23 ans, BTS édition

C’est équilibré, il y a beaucoup de légumes, c’est très sympa. La seule limite, c’est qu’il n’y a pas de choix, ce n’est pas comme un self. La nourriture est cuisinée ici, c’est pour cela que c’est bon.

Olivia, 19 ans, BTS édition

Aujourd’hui, nous sommes venues à dix copines, nous avons une table pour nous toutes. On passe à chaque fois un bon moment, on rigole bien.

Claire, 19 ans, BTS édition

Le soir, je mange une pizza. Au moins avec la cantine, j’ai un repas équilibré tous les midis, avec de la viande et des légumes. Mais les desserts ne sont pas assez fous. Le riz au lait, c’est pour les enfants…

Bérénice, 18 ans,BTS édition

On est servis comme des rois. On s’installe et on vient nous apporter les plats. C’est très reposant, ça nous change.

Haut de page

Actualités